Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)
Compte-rendu des sorties sur le terrain de la Société Mycologique d’Alès
Cette fois-ci, il n’était nul besoin de fouiller les bosquets pour trouver des champignons : ils étaint là, devant nous, bien visibles. En effet, avec une dizaine d’amateurs, nous sommes allés visiter la production de champignons “Champisud” située à Saint Bonnet de Salendrinque, entre Anduze et Saint Hippolyte du Fort. Avec l’aimable autorisation de Marylène et de Vincent, les producteurs, nous avons profité de cette visite pour mieux comprendre comment est cultivé le shii-také (ou shiitaké), dont suit une brève description : BASIDIOMYCOTA : Lentinula edodes ou lentin du chêne, couramment appelé shii-také (littéralement “champignon parfumé”) est un champignon comestible cultivé depuis plus de 1000 ans en Extrême Orient, et qui tire son nom de l’arbre shii (catanopsis cuspidata), voisin du chêne. Aujourd’hui, on le cultive le plus souvent sur des substrats (ballots composés d’un mélange de paille, de copeaux de chêne et bien sûr, de mycellium de lentin du chêne). Pour tout renseignement complémentaire, contacter CHAMPISUD (La Croix du Puech - 30460 - St Bonnet de Salendrinque) à l’adresse suivante : lehnebach.vincent@neuf.fr ou visiter le site www.champisud.com Il est à noter que les conditions de culture des shii-také en champignonnière (température et humidité parfaitement maîtrisées) permettent aussi la culture des pleurotes, comme c’est le cas ici.
Compte-rendu de la sortie du dimanche 27 mars 2011 (menée et commentée par Jean CHABROL)
Cette sortie de printemps s’est déroulée sous la pluie et c’est pour cela qu’elle n’a été suivie que par 7 sociétaires qui ont bravé les éléments climatiques défavorables. Nous avons prospecté les bords du Gardon, dans le secteur du Pont de Lézan où le terrain est, sablonneux, caillouteux (alluvions récentes du Gardon), peuplé de saules, de faux acacias, de peupliers, de frênes, d’érables, etc. Nous y avons récoltés 14 espèces dont quelques unes très belles. En voici la liste : ASCOMYCOTA : - Helvella monachella (chapeau brun noirâtre en forme de selle et stipe blanc), - Disciotis venosa (bien caractérisé par sa forte odeur d’eau de Javel), - Morchella gr. esculenta (morille blonde, anciennement groupe rotunda. Je n’ai pas pu déterminer cette espèce avec précision car les asques du spécimen n’avaient pas de spores et les paraphyses étaient banales). BASIDIOMYCOTA : - Mycenastrum corium (dans son habitat sableux caractéristique de la région ; plusieurs vieux spécimens qui datent très probablement de l’automne dernier), - Tulostoma fimbriatum (espèce caractéristique des terrains sablonneux), - Bolbitius titubans var. titubans ( = B. vitellinus), - Schizophyllum commune, - Melanoleuca favrei (espèce à chapeau blanchâtre à gris clair et centre plus foncé venant dans les pelouses moussues ; cystides en poils d’orties s’épaississant progressivement ; récolté en 2010 dans le même biotope), - Panaeolus papilionaceus var. papilionaceus (= P. sphinctrinus, bien caractérisé par les restes du voile, en forme de dents, à la marge du chapeau), - Auricularia auricula-judae, - Auricularia mesenterica (qui colonisait entièrement une souche avec une centaine de spécimens), - Lenzites warnieri (espèce très commune sur tronc mort de peuplier), - Stereum hirsutum, - Tremella mesenterica (récolte non contrôlée).
Compte-rendu de la sortie du dimanche 10 avril 2011 (menée et commentée par Chantal et JJ SCHWEITZER)
Cette nouvelle sortie de printemps s’est déroulée sous un soleil magnifique et a été suivie par 10 sociétaires d’autant plus courageux qu’il a fallu parcourir 5 à 6 kms de garrigue et de forêt. Cette sympathique randonnée est partie du lieu-dit “La Minette”, dans le hameau de La Roque, sur la commune de Saint Julien les Rosiers. La Minette est une ancienne mine de pyrite. De cette pyrite, on a fabriqué à partir du 16è siècle les couperoses verte et blanche (vitriol) pour l’apprêt des teintures de tissus. Puis à partir du milieu du 19ème siècle, on a fabriqué l’acide sulfurique et on a extrait le soufre jusque dans les années 1960, date à laquelle l’exploitation a alors fermé. Le terrain y est caillouteux et peu escarpé, mais la forêt alentours, particulièrement agréable par ce beau temps, est constituée essentiellement de chênes verts, avec quelques chataigniers, du houx, des arbousiers et des conifères. Avec ce temps particulièrement sec, nous n’avons pu récolter que 6 espèces de champignons, dont voici la liste : ASCOMYCOTA : - Helvella acetabulum (= Paxina acetabulum), ou Helvelle en gobelet, clairement en forme de coupe, avec l’intérieur brun, l’extérieur blanchâtre, et que   l’on trouve habituellement au printemps, le plus souvent sous feuillus et sur sol calcaire riche. - Peziza phyllogena (= P. badioconfusa) , BASIDIOMYCOTA : - Hypholoma fasciculare, communément appelé Hypholome en touffes, avec son hyménium brun orangé à jaune citrin et ses lames entre le jaunâtre et le   verdâtre. Trouvé sur une souche. - Stereum hirsutum aussi appelé Stérée hirsute, et que l’on trouve à peu près toute l’année sous les souches de feuillus, - Hexagona nitida ou Polypore “nid d'abeilles” reconnaissable à ses tubes caractéristiques en forme d’hexagone - Ganoderma (af. carnosum), trouvé sous les conifères, très sec et dont malheureusement, le stipe était manquant
Compte-rendu de la sortie du dimanche 15 mai 2011 (commentée par JJ SCHWEITZER)
Compte-rendu de la sortie du dimanche 26 juin 2011 (commentée par Pierrette et Jean SAIZOU)
Cette sortie, non prévue au programme 2011, a été décidée à la demande des sociétaires présents à la réunion du lundi 9 Mai. Les participants : 9 sociétaires et 4 personnes extérieures de l'Association "CETERAC" de Banne dans l'Ardêche qui, après info auprès de notre Président, avaient souhaité se joindre à nous. Nous atteignons le Mont Lozère : Mas de la Barque (Altitude 1430 m). Bonne température 25° env. Terrain granitique, sol acide, sous hêtres avec quelques sapins et épicéas. Après 2 heures de prospection sans grand succès : sol assez sec malgré la fraîcheur des grands hêtres, 6 espèces ont été cueillies : De retour à notre point de départ, ces 6 espèces ont été déterminées  par J Chabrol (voir ci-dessous en italique les commentaires de Jean CHABROL) Espèces récoltées : Basidiomycota : - Amanita rubescens var. rubescens Pers. (1797) - Amanita submembranacea (Bon) Gröger (1979), bien caractérisée par son habitat montagnard, sa poussée sous hêtres, sa volve grise (sans trace de rouille ou d’orangé comme il y en a sur A. fulva) - Fomes fomentarius (L.) J.J. Kickx (1867), très abondant sur les hêtres vivants ou morts - Lycoperdon perlatum Pers. (1796) - Russula cyanoxantha (Schaeff.) Fr. (1863), il s’agit de la forme typique, à chapeau rose violacé - Russula sp, une russule à chapeau blanchâtre, légèrement rosé, à lames et stipe blancs, à chair sans odeur, à saveur piquante. .....puis nous avons sorti les paniers pique nique.... à l'ombre des hêtres, le repas fut sympathique et convivial. Après déjeuner, nous avons quitté les hêtres pour redescendre  vers les châtaigners : altitude 1000 m env. et 28° de température. Sol toujours aussi sec : 4 nouvelles espèces de champignons ont été trouvées et déterminées (voir ci-dessous en italique les commentaires de Jean CHABROL sur ces déterminations) Département du Gard, Commune de Génolhac, Forêt de Malmontet, altitude 950-1000 m, terrain granitique, sol acide, sous pins noirs, pins sylvestres, châtaigniers, hêtres. Ascomycota : - Mollisia cinerea f. cinerea (Batsch) P. Karst. (1871), une cinquantaine de spécimens sur un morceau de bois décortiqué, ruisselant d’eau, dans un ruisseau. Petite pézize grise, dont l’extrémité des asques réagit positivement à l’iode (bleu violacé) ; spores elliptiques légèrement arquées. Basidiomycota : - Paxillus involutus (Batsch) Fr. (1838), - Scleroderma citrinum Pers. (1801), 5 jeunes spécimens poussant les uns contre les autres, sur la mousse, près d’un châtaignier. Nombreuses boucles présentes sur les hyphes du péridium (aucune spore mature observée) - Stereum hirsutum (Willd.) Pers. (1800), une cinquantaine de spécimens sur un tronc de châtaignier mort. NB : Le matin, au départ d’Alès, sur le rond point central devant le Pont Lénine, sous un châtaignier et un pin (terrain sableux, acide ou neutre), j’ai récolté 3 spécimens d’un scléroderme ayant un péridium brun, sans pseudostipe mais supporté par de nombreux rhizomorphes. L’étude microscopique a montré les hyphes du péridium avec des boucles, des spores subsphériques de diamètre 8- 10 µm, avec des épines le plus souvent isolées. Il s’agit donc de Scleroderma polyrhizum (J.F. Gmel.) Pers. (1801) (et non de S. verrucosum comme j’ai présenté cette espèce après une seule observation macroscopique).
Compte-rendu de la sortie du dimanche 25 septembre 2011 (commentée par J. CHABROL)
Détermination des espèces par : Jean CHABROL, Roland HANON, Yves MEYIER. 1) Lieu prospecté : Département du Gard ; commune de Malon et Elze ; près du Col du Mas de L’Ayre ; Altitude 850-920 m. Prospection dans la forêt où sont présents : châtaigniers (peu abondants), hêtres, pins sylvestres, épicéas, mélèzes. Les sols sont construits sur schistes et micaschistes. Espèces récoltées : 35 Basidiomycota : - Agaricus silvicola var. silvicola (Vittad.) Peck (1872) = Agaricus essettei Bon (1983) (description sommaire de l’espèce récoltée : espèce robuste à odeur d’amandes amères, possédant un stipe avec un bulbe plat, ayant des spores de 7-8 x 4-5 µm), - Agaricus silvicola var. silvicola (Vittad.) Peck (1872) = Agaricus silvicola (Vittad.) Peck (1872) (description sommaire de l’espèce récoltée : espèce moins robuste que la précédente, à odeur anisée, possédant un stipe avec un bulbe plat, ayant des spores de 6,5-7,5 x 3,7-4,5 m) D’après « Species fungorum » les deux espèces n’en forment plus qu’une. Cela est peut être dû à de nouvelles analyses génétiques : je le suppose. Comme le disait Pierre Neville, grand mycologue marseillais ; disparu récemment, il va falloir apprendre à vivre avec les morphotaxons et les génotaxons. - Amanita excelsa var. spissa (Fr.) Neville & Poumarat (2004), - Amanita muscaria var. muscaria (L.) Lam. (1783), - Amanita rubescens var. rubescens Pers. (1797) - Amanita submembranacea (Bon) Gröger (1979, - Boletus badius (Fr.) Fr. (1832), - Boletus chrysenteron Bull. (1791) - Boletus erythropus Pers. (1796), - Chlorophyllum rhacodes (Vittad.) Vellinga (2002), = Macrolepiota rhacodes (Vittad.) Singer (1951), - Fomitopsis pinicola (Sw.) P. Karst. (1881), - Hebeloma crustuliniforme (Bull.) Quél. (1872), - Hygrocybe acutoconica var. konradii (R. Haller Aar.) Boertm. (2010) = Hygrocybe konradii f. konradii R. Haller Aar. (1955), - Lactarius vellereus (Fr.) Fr. (1838), - Meripilus giganteus (Pers.) P. Karst. (1882), - Piptoporus betulinus (Bull.) P. Karst. (1881), - Pluteus atromarginatus (Konrad) Kühner (1935), - Polyporus varius (Pers.) Fr. (1821), - Russula amoena Quél. (1881), - Russula cyanoxantha (Schaeff.) Fr. (1863), - Russula integra var. integra (L.) Fr. (1838), - Schizophyllum commune Fr. (1815), - Suillus grevillei (Klotzsch) Singer (1945), - Suillus luteus (L.) Roussel (1806), - Suillus viscidus (L.) Roussel (1806), - Trametes hirsuta (Wulfen) Lloyd (1924), - Trametes versicolor (L.) Lloyd (1921) = Coriolus versicolor (L.) Quél. (1886), - Tricholoma imbricatum (Fr.) P. Kumm. (1871), - Tricholoma saponaceum var. squamosum (Cooke) Rea (1922) = Tricholoma saponaceum var. ardosiacum Bres. (1927), - Tylopilus porphyrosporus (Fr. & Hök) A.H. Sm. & Thiers (1971), = Porphyrellus porphyrosporus (Fr. & Hök) E.-J. Gilbert (1931), - Xerula radicata (Relhan) Dörfelt (1975). 2) Lieu prospecté : Département de l’Ardèche, aux environs de Folcheran, altitute 600-700 m ; prospection dans la forêt : sous châtaigniers, pins sylvestres, noirs d’Autriche, maritimes. Espèces récoltées : 4 Basidiomycota : - Boletus armeniacus Quél. (1884), - Hypholoma fasciculare var. fasciculare (Huds.) P. Kumm. (1871), - Ramaria botrytis (Pers.) Ricken (1918), - Russula rosea Pers. (1796) = Russula lepida Fr. (1836).
Note : Depuis le 12 septembre 2011, les noms des champignons écrits en vert correspondent aux noms actuels admis par le site Species Fungorum; les noms écrits en bleu ne sont pas admis par le site Species Fungorum et proviennent du site Index Fungorum. Les noms d’auteur et la date de publication sont écrits en noir.
Compte-rendu de la sortie du dimanche 06 novembre 2011 (commentée par J. CHABROL)
Détermination des espèces par : Jean CHABROL, Roland HANON. Lieu prospecté : Département du Gard ; commune de Saint Just et Vacquières ; Altitude 250-280 m. Prospection dans les bois de chênes verts, d’arbousiers, de pins d’Alep. Les sols sont construits sur des marnes calcaires du Valanginien. Espèces récoltées : 17 Basidiomycota : Cantharellus cibarius Fr. (1821) Clitopilus prunulus (Scop.) P. Kumm. (1871) Coprinellus saccharinus (Romagn.) P. Roux, Guy Garcia & Dumas (2006) Crinipellis scabella (Alb. & Schwein.) Murrill (1915) = Crinipellis stipitaria (Fr.) Pat. (1889) Ganoderma lucidum (Curtis) P. Karst. (1881) Gymnopus dryophilus (Bull.) Murrill (1916) = Collybia dryophila (Bull.) P. Kumm. 1871 Hohenbuehelia petaloides (Bull.) Schulzer (1866) = Hohenbuehelia geogenia (DC.) Singer (1951) Hypholoma fasciculare var. fasciculare (Huds.) P. Kumm. (1871) Leucoagaricus leucothites (Vittad.) Wasser (1977) Lycoperdon pratense Pers. (1797) = Vascellum pratense (Pers.) Kreisel (1962) Lyophyllum transforme (Sacc.) Singer (1943) Mycena sp Stereum hirsutum (Willd.) Pers. (1800) Stropharia coronilla (Bull.) Quél. (1872) Tricholoma acerbum (Bull.) Vent. (1872) Tremella mesenterica Retz. (1769) Xerula pudens (Pers.) Singer (1951);  = Oudemansiella pudens (Pers.) Pegler & T.W.K. Young (1987)
ARCHIVES 2010-2011