Société Mycologique d’Alès
Amanita simulans  Contu 1999
(cliquer sur une photo pour l’agrandir)
Phylum Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Ordre Agaricales
Famille Amanitaceae
En latin, «  simulans  » est le participe présent du verbe «  simuler  ». Aucun nom français n’est proposé pour cette amanite qui a été décrite assez récemment. Cependant, il y a un caractère que l’on retrouve souvent pour cette espèce, c’est son habitat sous «  Populus  » ce qui peut permettre de la nommer «  Amanite des peupliers  ». Macroscopie Description du basidiome  : Le chapeau, semi-globuleux au début puis convexe à plan-convexe, avec un mamelon peu marqué mesure 4 à 7 cm de diam. La cuticule, lisse sur la majorité du chapeau, grise à gris brun, légèrement plus sombre au centre, est un peu plus claire et striée à la marge. Le voile général blanc est semi-membraneux. Il se résout en plaques irrégulières qui restent parfois sur le chapeau mais assez souvent à la base du stipe, à moitié enfouies dans le sol. Les lames sont blanches, libres mais souvent avec une petite dent à l’insertion sur le stipe, moyennement serrées, avec l’arête caractéristiquement bordée de brun (voir photo)  ; les lamelles et lamellules sont nombreuses. Le stipe blanc ou grisâtre mesure 5 à 12 cm de longueur. Son diamètre est de 1 cm à 2 cm de diam., sans bulbe à la base mais avec des restes du voile général sous forme de volve fragmentée. Il est creux ou rempli chez les jeunes d’une moelle aérée. Il n’y a pas d’anneau La chair est blanche dans le chapeau et le stipe. L’odeur est faible. La saveur n’a pas été testée. Microscopie Les spores sont hyalines, lisses, subglobuleuses, non amyloïdes  ; elles mesurent 10,1 (11,3 – 11,9) 13,1 x 8,7 (9,9 – 10,6) 11,8 µm avec un rapport L/l moyen = 1,1 - 1,2 (Indice de confiance = 95 %). Habitat Les spécimens poussaient au bord d’un chemin qui longeait une haies de peupliers (Populus nigra), sur un sol constitué de sables argileux du Bartonien ayant un pH acide (dans la végétation environnante, on voit quelques châtaigniers , des pins pignons et maritimes ainsi que des bruyères) Mode de poussée Cinq  individus étaient présents  ; il poussaient séparément sur une surface d’un mètre carré environ.. Récolte Le 28 novembre 2011, sur la commune de Saint Maurice de Cazevieille, près de «  La Gare  » (Coord. Lamb. II  étendue = 754,155  ; 1894,480), altitude 139 m. Exsiccatum  : JC 2011.11.28.01 Observations  : C’est la deuxième fois que je récolte cette amanite. La première fois, c’était dans les année 1980-81, en Dordogne, près du village de Saint Antoine de Breuilh, dans une peupleraies de «  Populus nigra  » sur les sables limoneux de la rivière Dordogne. J’avais nommé ma récolte «  Amanitopsis vaginata var. grisea  », c’est le seul nom que j’avais trouvé dans mon ouvrage de l’époque «  Atlas des champignons  » de Rinaldi et Tyndalo. Cette espèce ne présente aucune difficulté quant à sa détermination  ; le chapeau est d’un beau gris, cendré quelquefois qui devient gris brun avec l’âge mais surtout elle à l’arête des lames bordées de brun sombre et elle pousse sous peupliers (on trouve aussi dans la littérature «  sous saules  »). Fiche : établie le 3 juillet 2012 par Jean Chabrol.
amanita simulans amanita simulans