Société Mycologique d’Alès
Cortinarius sergianus Bidaud & Eyssartier (2000)
(Cortinaire de Serge)
Lors des Journées de la FAMM au Vigan en 2012, Laurette Basset, au cours d’une herborisation sur la commune de Pommiers, a découvert trois spécimens d’un cortinaire qu’elle a transmis à André Bidaud pour détermination. Celui-ci a reconnu les spécimens de cette récolte comme étant «  Cortinarius sergianus  », cortinaire qu’il a déjà eu en main, transmis par Serge Kizlik, mycologue de la Société mycologique d’Alès, à qui il a dédié cette espèce. N’ayant pas eu l’occasion d’étudier cette récolte immédiatement, je ne donnerai en bas de page que son habitat et les dimensions des spores que j’ai mesurées. La description est celle de Bidaud & Eyssartier figurant sur la planche 289 de la Pars 10 de l’Atlas des Cortinaires  ; l’icône de cette même planche a été réalisé par P. Moënne-Loccoz et la photographie par Laurette Basset. Cortinarius. sergianus Bidaud & Eyssartier Holotype n° 51 05 in herb. PC Sous-genre : Myxacium - Section : Myxacium - Sous-section : Triviales - Série : pardipes Notes de récolte  : Chapeau 65-80 mm, convexe et martelé ; revêtement visqueux, fibrilleux, luisant-vernissé, jaune ochracé devenant orangé roux. plus foncé au disque. Stipe 55-60 x 18-25 mm, tronconique, atténué en allant vers la base ; revêtement à gaine visqueuse blanche, devenant jaune ochracé roussâtre avec l'âge ; sommet fibrilleux, fortement strié-cannelé (stries en relief), parfois même jusqu'en bas. Chair blanche, lavée de fauve sous le piléipellis, plus sombre dans l'extrême base ; inodore. Lames très larges (12-15 mm), uncinées, ridulées sur les faces, ocre rouillé, sans aucune trace de bleu ; arête érodée, subconcolore. Réactions chimiques : KOH = brun rouge sur le piléipellis, jaune ochracé sur la chair ; AgNO3 = +++ sur la chair ; phénolaniline faiblement positive sur la chair ; réactions nulles avec les autres réactifs testés (gaïac et métol). Habitat : dans une châtaigneraie acidophile.à St-Romain-de-Tousque (Lozère), alt. 550 m, leg. S. Kizlik, le 01 -1 I -1998 (holotype). Microscopie  : - Suprapellis en ixoplagiotrichoderme, formé d'hyphes larges de 3-5 (8) µm. Boucles abondantes. Basides 4 sp, claviformes, 30-35 x 8-9 µm. Cellules marginales clavées, 30-40 x 8-13 µm. Spores amygdaliformes, à ornementation légère, ponctuées, 10-12(12,5) x 5,5- 6,5 µm. Observations  : -Taxon surprenant mais excitant, car le stipe est strié- cannelé et dépourvu de voile. De position taxinomique incertaine, nous pensons qu'il fait le pont entre les sections Myxacium et Cystidiosi. Nous dédions cette espèce à notre ami Serge Kizlik, le découvreur. NB  : la récolte de l’holotype a été faite près du hameau de Saint Roman de Tousque (non Saint Romain) sur la commune de Moissac-Vallée-Française en Lozère (48) Observations personnelles (JC)  : Récolte Trois spécimens ont été récoltés par Laurette Basset le 30 octobre 2012, à l’ouest du «  Bois du Cun  » sur la commune de Pommiers (Coord. Lamb. II étendue = 703,33; 1882,76), altitude 578 m. Les spécimens poussaient sur le sol, sur terrains acides, sur une pente d’exposition nord-est. La végétation environnante était constituée de chênes verts, châtaigniers et bruyères. La carte géologique du Vigan indique que les terrains font partie de la «  Série flyschoïde gréso-pelitique du Cambro-Ordovicien». Microscopie Les spores sont brunes, à verrues peu élevées, amygdaliformes, parfois à sommet étiré. Les mesures faites sur 20 spores projetées sur le haut du stipe indiquent 11,2 (11,9 – 12,4) 13,1 x 5,9 (6,3 – 6,6) 7,0 µm avec un rapport L/l moyen = 1,8 - 1,9 (Indice de confiance = 95 %) soit légèrement plus grandes que ce que l’indique Bid. & Eys. ci-dessus. Exsiccatum  : JC 2012.10.30.03 Fiche : établie le 30 novembre 2012 par Jean Chabrol.
Cortinarius sergianus Cortinarius sergianus (Photo Laurette BASSET)
Phylum Basidiomycota
Classe Agaricomycetes
Ordre Agaricales
Famille Cortinariaceae