XIV) Les activités humaines qui ont une influence sur les champignons Les   activités   humaines   telles   que   l’industrie,   l’agriculture   et   l’élevage   ont   une   certaine   influence   sur   l’absence   ou   la   présence   de champignons. 1) L’industrie C’est une activité qui occupe peu de surface au sol. Dans   beaucoup   de   cas   et   selon   la   nature   de   l’industrie,   il   y   a   concentration   de   certains   produits   sur   de   petites   surfaces   ce   qui empêche les mycéliums de champignons de s’implanter et de se développer. Il   y   a   l’exemple   des   «   Salins   du   Midi   »   entre Aigues-Mortes   et   le   Grau   du   Roi,   où   les   concentrations   en   sel   sont   tellement   élevées que rares sont les mycéliums qui peuvent vivre dans cet environnement hyper salé. L’usine   chimique   de   Salindres   créée   en   1855,   stocke   sur   son   site   11   millions   de   tonnes   de   déchets   d’origine   chimique ( source   Wikipédia ).   De   plus,   sur   la   proche   commune   de   Rousson,   existe   un   «   bassin   aux   boues   rouges   »   où   ont   été   stockée   la quasi-totalité   des   déchets   de   la   fabrication   d’alumine   de   1855   à   1975.   Ce   bassin   d’environ   150   hectares   fait   toujours   l’objet   d’une surveillance et d’un suivi. L’industrie   minière   a   causé   aussi   beaucoup   de   dégâts   par   l’extraction   de   charbon   «   à   ciel   ouvert   »   au   nord   d’Alès   dans   les secteurs   de   Mercoirol,   du   Pontil,   de   Portes.   L’exploitation   a   commencé   en   1985-86   et   s’est   terminée   en   2001.   Une   grande campagne   de   réhabilitation   des   sols   a   eu   lieu   et   en   2013   la   revégétalisation   des   terrains   est   en   voie   d’achèvement.   Des   projets d’aménagement touristique existent pour ces sites. 2) L’agriculture Dans le Gard, la surface consacrée à l’agriculture proprement dite est de 164.200 ha soit 28,0 % de la surface totale. -   Les   terres   arables   (céréales,   oléagineux,   pommes   de   terre,   légumes   frais   et   secs,   prairies   temporaires)   occupent   une superficie de 74 000 ha, soit 12,6 % de la surface du département. Les   terres   arables,   zones   sans   arbres   où   le   sol   est   régulièrement   labouré,   retourné,   (ce   qui   empêche   un   grand   nombre   de mycéliums de s’installer) ne sont guère favorables à l’apparition de champignons. -   Les   cultures   fruitières   d’abricots,   de   cerises,   de   pêches   et   nectarines,   de   poires,   de   pommes,   de   prunes   occupent   une superficie de 15 900 ha, soit 2,7 % de la surface du département. Les   sols   des   vergers   ne   sont   pas   retournés   comme   ceux   des   terres   arables,   toutefois   les   champignons   n’y   sont   guère   présents, très probablement la conséquence des traitements fongiques visant à éradiquer la présence de toutes espèces de « fungi ». - Les vignes occupent une superficie de 74 300 ha, soit 12,6 % de la surface du département. Les   sols   des   vignes,   comme   ceux   des   vergers,   sont   peu   travaillés   ;   les   traitements   fongiques   y   sont   conséquents   et   les champignons sont rares dans ce type de culture. 3) L’élevage L es surfaces toujours en herbe (pâturages) occupent une superficie de 65 000 ha, soit 11,1 % de la surface du département. Les   sols   de   ces   zones   ne   sont   pas   retournés,   ni   labourés   régulièrement   et   un   certain   nombre   d’espèces   de   champignons   s’y installent   naturellement.   De   plus,   ces   zones   reçoivent   les   excréments   des   animaux   qui   pâturent   et   la   flore   fongique   s’enrichit   d’un grand nombre d’espèces coprophiles. Les pâturages les plus riches sont ceux qui hébergent les bovins et les équins. Dans   le   Gard,   on   compte   environ   14.500   têtes   de   bovins   (2009)   et   3.500   chevaux.   Ces   derniers   sont   utilisés   surtout   dans   le domaine des loisirs. Les   pâturages   des   ovins   et   des   caprins   sont   bien   moins   riches   que   ceux   des   bovins   et   des   équins   en   matières   de champignons coprophiles. Dans   le   Gard,   on   compte   environ   49.000   ovins   +   caprins   (2011).   Un   certain   nombre   de   ces   animaux   quitte   les   plaines   à   la   fin du printemps jusqu’aux premiers froids de fin d’automne pour rejoindre les pâturages de montagne.
La Mycologie dans le département du Gard
Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)
Société Mycologique d’Alès