Par Jean Chabrol  Je m’intéresse aux champignons depuis une quarantaine d’années et je suis sociétaire de la Société Mycologique d’Alès depuis trente sept ans (1975). C’est l’étude des « gros champignons », ceux ayant une dimension d’au moins quelques millimètres qui occupent mes loisirs et souvent même un peu plus. La grande diversité que l’on trouve dans le règne « fungi » a toujours captivé ma grande curiosité et mon envie de connaissance. Je m’attache à bien connaitre le mode de vie de ces êtres vivants et j’essaie de comprendre les raisons de leurs apparitions en certains lieux bien particuliers, à certaines périodes de l’année. J’ai   commencé   à   écrire   quelques   lignes   sur   le   sujet   évoqué   dans   le   titre,   sur   des   feuilles   de   papier   éparses,   il   y   a   déjà   pas   mal   de   temps   de   cela   car   je souhaitais   transmettre   un   jour,   mes   acquis   en   ce   qui   concerne   les   champignons   de   ce   département.   Ces   quelques   lignes,   je   les   ai   modifiées   à   de   nombreuses reprises   car,   à   mesure   que   j’avançais   dans   la   connaissance   des   champignons,   des   lieux   d’apparition   des   différentes   espèces,   de   leurs   modes   de   vie,   des périodes   de   poussée,   il   m’apparaissait   des   domaines   que   j’avais   négligés.   Je   pensais   que   ces   «   chainons   manquants   »   allaient   m’apporter   les   réponses   que   je cherchais. Cela était vrai partiellement. Après   une   interruption   de   huit   années,   due   à   un   long   séjour   en   Guadeloupe,   j’ai   repris   «   mes   recherches   »,   encouragé   en   cela   par   les   possibilités   qu’apporte l’utilisation   de   l’informatique   qui   permet   assez   facilement   l’acquisition,   le   stockage,   le   classement   et   la   restitution   de   données   en   quantités   importantes.   J’ai   alors commencé   à   établir   un   «   Inventaire   des   champignons   du   département   du   Gard   »   à   partir   des   publications   spécialisées   dans   le   domaine   de   la   mycologie (inventaire   en   cours   que   vous   pouvez   consulter   sur   ce   site),   en   y   intégrant   l’indication   des   lieux   de   récolte   la   plus   précise   possible,   en   corrélation   des   noms   des espèces signalées. En   parallèle,   je   reprends   toutes   les   cueillettes,   que   j’ai   effectuées   depuis   les   années   1980   et   je   note   les   critères   qui   concernent   les   lieux   et   les   périodes d’apparition ainsi que d’autres éléments que je pense importants. Toutes   ces   informations   me   permettent   d’appréhender   ou   plutôt   de   présupposer   (me   semble-t-il)   en   quels   lieux   et   à   quels   moments   vont   apparaitre   telle   ou   telle espèce car chacune a ses exigences (plus ou moins grandes) en matière de biotope et de période d’apparition. Je   vous   propose   ci-dessous,   de   passer   en   revue   quelques   généralités   sur   le   département   du   Gard   et   d’autres   informations   qui   sont   en   relation   directe   avec   les lieux d’apparition des champignons. (cliquer   sur   les   liens   en   bleu    pour   accéder   aux   pages   respectives   -   les   liens   en   noir    concernent   des   chapitres   en   construction   et   ne   sont   pas   encore   associés   à leur contenu) Dans la partie « Généralités » vous trouverez des informations sur le département du Gard concernant : I) sa situation géographique, II) sa situation climatique, III) sa superficie, IV) ses limites, V) ses divisions administratives. Dans la deuxième partie, vous trouverez, directement en relation avec les champignons, des informations sur le département du Gard concernant : VI) sa géologie, VII) son relief, VIII) ses cours d’eau, IX) son climat, X) sa végétation, son peuplement forestier, XI) sa pédologie, XII) ses unités « Sols-Paysages » , XIII) ses « petites régions naturelles », XIV)   ses activités humaines  qui ont une influence sur les champignons (élevage, agriculture), XV) ses « régions naturelles » dans le domaine de la botanique. L’étude de tous les éléments précédents m’a permis de voir se dessiner : XVI) les « régions mycologiques naturelles » du département du Gard que je vous présenterai à la fin de ce document. Pour   terminer   cette   introduction,   il   faut   savoir   qu’avec   toutes   ses   particularités,   le   département   du   Gard   est   l’un   des   plus   riches   en   ce   qui   concerne   la   biodiversité (avec les Alpes maritimes et les Pyrénées orientales). Généralités I) Situation géographique Le   département   du   Gard   est   situé   dans   le   quart   sud-est   de   la   France,   à   l’ouest   du   Rhône,   au   sud-est   du   Massif   Central,   entre   ce   dernier   et   la   mer   Méditerranée (il possède 20 km de côtes). Il est compris entre 43° 27’ 38’’ et 44° 27’ 35’’ de latitude nord et 3° 15’ 44’’ et 4° 50’ 44 ‘’ de longitude est. Ses   coordonnées   dans   le   système   UTM   -   WGS   84   ( Universal   Transverse   Mercator   -   World   Geodetic   System   1984 ),   sont   :   Zone   31T,   4812,695   et   4923,420   km de latitude et 520,985 et 647,980 km de longitude. Ses coordonnées dans le système Lambert II étendu sont : 1830,565 et 1941,260 km de latitude et 674,190 et 801,430 km de longitude Il s’inscrit dans un rectangle de 110,7 km de largeur et 127,2 km de longueur (hauteur) (logiciel  Carto Explorer 3, 2004. Gard ) . II) Situation climatique Le département du Gard est presque totalement situé sur la façade méditerranéenne et jouit donc d’un climat de ce type. Seules,   au   nord-ouest,   six   communes   sont   situées   sur   le   versant   atlantique   et   envoient   leurs   eaux   vers   cet   océan.   Il   s’agit   de   Causse-Bégon,   Dourbies, Lanuéjols, Revens, Saint-Sauveur-Camprieu, Trèves. III) Superficie Le département du Gard couvre une superficie totale de 5860,52 km 2  (Barthès & al., 1999 : 3) ; les étangs couvrent 68,7 km 2 et les villes 28,4 km 2  (Barthès & al. 1999 : 7). Le   versant   méditerranéen   occupe   une   surface   de   5657,36   km 2    et   le   versant   atlantique   203,16   km 2    (la   ligne   de   séparation   des   eaux   court   sur   une   distance   de 23,8 km) (logiciel  Carto Explorer 3, 2004. Gard ). Les   communes   les   plus   étendues   sont   celles   de   Nîmes   (161,85   km 2 ),   de   Saint   Gilles   (153,76   km 2 ),   de   Vauvert   (109,86   km 2 )   ;   la   plus   petite   est   celle   de Massanes (1,64 km 2 ) (Site http://www.cartesfrance.fr/carte-france-departement/carte-departement-Gard.html ) IV) Limites Le Gard est limitrophe avec 6 autres départements : -   avec   les   Bouches   du   Rhône    au   sud-est,   depuis   le   bord   de   la   mer   jusqu’au   confluent   du   Rhône   et   de   la   Durance   au   sud   d’Avignon,   sur   106,5   km.   Ce   sont   le Canal de Peccaïs à Sylvéréal, le Petit Rhône puis le Rhône qui font limites ; - avec le Vaucluse  à l’est, jusqu’au confluent de l’Ardèche et du Rhône, au nord de Pont Saint Esprit, sur 59,5 km. C’est le Rhône qui fait limite ; -   avec   l’ Ardèche    au   nord-est,   depuis   le   Rhône   jusqu’au   point   triple   (Ardèche   -   Gard   –   Lozère)   sur   116,9   km.   C’est   tout   d’abord   la   rivière Ardèche   qui   fait   limite sur   23,3   km   jusqu’à   Gournier   (Commune   de   St   Remèze)   ensuite   les   lignes   de   séparation   des   deux   départements   sont   tracées   plus   ou   moins   artificiellement   sur des collines, des petites plaines et plateaux jusqu’aux premiers contreforts des Cévennes pour se terminer à la rivière Chassezac qui fait limite sur 5 km ; -   avec   La   Lozère    au   nord-ouest,   depuis   la   limite   avec   l’Ardèche   jusqu’à   celle   de   l’Aveyron   sur   145   km.   Ce   sont   le   plus   souvent   des   lignes   de   crêtes   des Cévennes   cristallines   et   cristallophylliennes   qui   font   limite.   C’est   sur   cette   ligne   que   se   trouvent   les   deux   points   culminants   du   département   :   au   nord,   du   côté   des monts de La Lozère, près du Col du Pré de la Dame, un sommet à 1495 m et au nord-ouest, le Mont Aigoual à 1565 m, à la station de météorologie ; -   avec   l’ Aveyron    à   l’ouest,   depuis   la   limite   de   la   Lozère   jusqu’à   celle   de   l’Hérault   sur   61,2   km.   Ce   sont   des   lignes   de   crêtes,   des   portions   de   rivières   (La   Garène, La Dourbie, La Virenque) qui font limite sur les Grands Causses « Noir » et « du Larzac » et dans le couloir viganais. -   avec   l’ Hérault    au   sud-ouest,   depuis   la   limite   de   l’Aveyron   jusqu’à   la   mer   Méditerranée   sur   181,2   km.   Ce   sont   des   lignes   de   crêtes,   des   portions   de   rivières   (La Virenque,   La   Vis),   une   petite   partie   du   cours   du   fleuve   Hérault   et   pour   terminer   le   fleuve   Vidourle,   le   canal   du   Rhône   à   Sète   et   l’étang   du   Ponant   qui   font   limite jusqu’à la mer, au Pont des Abîmes près de la Grande Motte. Au sud enfin, la Méditerranée  limite le département du Gard par un ensemble de plages sableuses sur 20 km. Le pourtour du département fait environ 690 km (logiciel  Carto Explorer 3, 2004. Gard ). V) Divisions administratives Actuellement, le département du Gard est divisé en 3 arrondissements, 46 cantons et 353 communes. - L’arrondissement de Nîmes où est située la préfecture, comprend 24 cantons et 177 communes. - L’arrondissement d’Alès, où est située une sous-préfecture, comprend 12 cantons et 101 communes. - L’arrondissement du Vigan, où est située une 2 ème sous-préfecture, comprend 10 cantons et 75 communes. Informations en relation avec les champignons Le soleil et la Terre se sont formés il y a 4,6 milliards d’années. Au début de la formation de la Terre, il y avait la roche. Puis vint l’atmosphère (différente de ce quelle est aujourd’hui), l’eau et ainsi s’établit un climat. Puis vinrent les premiers êtres vivants*. Les plantes ( Plantae ) vinrent ensuite et formèrent les sols en association avec les éléments précédents. Puis vinrent les champignons** ( Fungi ), les animaux*** ( Animalia ) et l’homme. Les   champignons   qui   ont   participé   à   cette   aventure,   ont   influencé   eux   aussi   l’évolution   de   la   vie.   Ils   ont   subi   les   différents   changements   de   leur   environnement; certaines espèces ont disparu, d’autres se sont modifiés et adaptés aux nouvelles conditions. La   diversité   des   champignons   réside   dans   la   multitude   de   particularités   qu’ont   les   éléments   directement   en   relation   avec   leur   mode   de   vie   et   nous   allons   voir   ci- dessous que dans le département du Gard, ces particularités sont très nombreuses. * Actuellement 6 règnes du « monde vivant » sont reconnus par la totalité de la communauté scientifique : Animalia, Archaea, Bacteria, Fungi, Plantae, Protista. Des études récentes montrent que l’on se dirige vers un ensemble à 8 règnes avec les Chromista et lesViruses. ** Le plus ancien fossile de champignon daterait de 544 millions d’années. *** Le dernier ancêtre commun entre les champignons et les animaux daterait de 670 millions d’années. Bibliographie Anonyme, 1998. Aspects climatiques, Languedoc Roussillon  ; Météo France  ; Direction Interrégionale Sud-Est – Division Climatologie  ; 4 pages. Barthès J.P., Bornand M., Falipou P., 1999. Référentiel pédologique de la France. Pédopaysage du Gard. INRA - ENSA. Sciences du sol, Montpellier 34060  ; 146 pages + une carte. Bonnet J., Larmat J., 1996. Introduction à la géologie du Gard ; 2 e édition revue et corrigée  ; Ed. Lacour  ; 164 pages + une carte. Duchaufour Ph., 1997. Abrégé de pédologie  ; Ed. Masson  ; 292 pages. Dupuis J., 1967. Bulletin 1. Notice explicative et Carte pédologique de la France au millionième, Ed. INRA  ; 56 pages +1 carte. Kessler J. & Chambraud A., 1990. Météo de la France ; Ed. JC Lattès  ; 392 pages. Mathieu M., 1992. La météo au ras des pâquerettes.; Ed. Lacour  ; 139 pages. Viers G  & Vigneau J.P. , 1990 . Eléments de Climatologie  ; Ed. Nathan  ; 224 pages. Aubin P., 1999. Catalogue des plantes vasculaires du Gard ; Société Linnéenne de Lyon ; 176 pages. Logiciel Carto Explorer 3, 2004 . Département du Gard. Logiciel Bayo. Site Internet http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/IMG/pdf/PubDep/30-gard/ifn_30_3_gard_1993.pdf (Anonyme, 1993. Inventaire Forestier National. Département du Gard. Ministère de l’Agriculture, de la pêche et de l’alimentation  ; 177 pages) http://orig.cg-gard.fr/tab/superficie  (Au 04.03.2016, ce site n’est plus accessible) http://www.cartesfrance.fr/carte-france-departement/carte-departement-Gard.html http://cogard.org/decoupages-des-districts/ http://www.gard.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/CarteDepartementale_cle0aaabc.pdf (Au 04.03.2016, cette page n’est plus accessible) http://www.noe.gard.fr/index.php/le-gard-et-le-risque-inondation/comprendre-le-phenomene-inondation#partie1 Autres ouvrages consultés Baize D., Girard M.C. & alt., 1995. Référentiel pédologique 1995, Ed. INRA, 332 pages. Boulard B., 1988.Dictionnaire de Botanique ; E4dition Marketing, 398 pages Chevassut G., Bertéa P., Garcia G., 1998. Ecologie des champignons de la région méditerranéenne française  ; Fascicule 1  : Approche à travers l’étude de la région Languedoc-Cévennes  ; Annales N° 4 de la FAMM  ; 64 pages. Foucault A., Raoult J.F., 2000 . Dictionnaire de Géologie, 5 ème édition  ; Masson Sciences, Dunod, 380 pages.
La Mycologie dans le département du Gard
Société Mycologique d’Alès
Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)