VI) La géologie La géologie est en relation directe et étroite avec la mycologie. Les natures des roches contenues dans les sous-sols et les sols, fournissent aux champignons différents éléments comme le potassium, le magnésium, le phosphore, le cuivre, le fer, etc. Les champignons terricoles ont besoin de trouver dans leur substrat certains minéraux pour que leur métabolisme fonctionne correctement. Certains champignons vivent très bien en présence de calcaire, d’autres ne le tolèrent pas et vivent sur des sols où la silice est le principal élément. La présence ou l’absence de certains minéraux dans le sol est donc un des éléments importants ; cela détermine la présence de tels ou tels champignons et l’absence de certains autres. D’autre part, les roches confèrent aux sols un certain pH (potentiel Hydrogène). Certains champignons vivent dans des terrains où le pH est basique (> 7,5), d’autres préfèrent les sols acides (< 6,5) d’autres enfin se complaisent dans des sols neutres (entre 6,5 et 7,5). La carte ci-contre est extraite de l’ouvrage « Introduction à la géologie du Gard » (Bonnet & Larmat, 1996). (Cliquer sur l’image pour l’agrandir) NB : La partie la plus méridionale a été représentée par mes soins (JC). Le département du Gard peut se diviser en cinq grandes zones géologiques : 1) Les deux grandes failles, orientés nord est-sud ouest, que sont la « Faille des Cévennes » qui passe à Alès et la « Faille de Nîmes » délimitent la Garrigue proprement dite, constituée principalement de terrains formés au Crétacé, à l’Eocène et à l’Oligocène. C’est une zone de collines, de plaines et de plateaux calcaires avec çà et là, de petites zones de terrains acides ou neutres. Au nord ouest de la « faille des Cévennes », est située une bande de terrains de 5 à 10 km de largeur qui date de l’ère secondaire (Trias et Jurassique) composée principalement de calcaires, de marnes et de dolomies, terrains qui se rattachent à cette zone. J’ai nommé cet ensemble « Zone des Garrigues ». 2) A l’ouest de la zone précédente se trouvent les Cévennes gardoises qui font limite avec la Lozère et avec une petite partie de l’Ardèche. Ces terrains datent de l’ère primaire. Les Cévennes cristallines ou granitiques sont principalement constituées de granites ; les Cévennes cristallophylliennes ou schisteuses sont constituées de schistes, micaschistes et gneiss. Le pH des sols de cette zone est pratiquement toujours acide avec une valeur inférieure à 6. J’ai nommé cette zone « Cévennes cristallines et cristallophylliennes ». 3) Tout à fait à l’ouest du département, on trouve des plateaux de calcaires et de dolomies, avec dans la partie nord, le « Causse Noir » et le « Causse Bégon » et dans la partie sud, au delà du couloir viganais, rattachés au « Causse du Larzac, le « Causse de Campestre » et le « Causse de Blandas ». Ces terrains datent du Jurassique. J’ai nommé cette zone « Les Causses ». 4) Au sud-est de la faille de Nîmes, se situe « La Costière » que l’on nomme plus couramment aujourd’hui « Les Costières ». Cette zone orientée Nord Est- Sud Ouest, comprise entre Aigues-Vives, Gallician, Sernhac et Beaucaire est une plaine ou une butte constituée de cailloutis « villafranchiens » de l’ère quaternaire. Ces galets de quartzite, de quartz, de calcaire, de granite, de gneiss inclus dans une matrice sableuse et calcaire donnent des sols ayant des pH différents. Il existe trois autres petites formations de ce type : au Nord Est d’une ligne Estézargues-Domazan-Saze jusqu’au « Mour de la Coudette » et au Mas de Bel Air ; à l’Est du village de Lirac vers Clary ; au Nord de Pujaut vers Sauveterre. J’ai nommé cette zone « Les Costières ». 5) Au sud est des Costières, jusqu’à la limite du département à l’est se situe une plaine qui descend en pente douce jusqu’à la mer. C’est une formation qui date de l’ère Quaternaire et résulte des phénomènes géologiques de cette période (Périodes glaciaires et interglaciaires, variations du niveau de la mer, etc.). Les pH des sols de cette plaine sont généralement basiques. J’ai nommé cette zone « La plaine littorale ». NB : Pour plus de détails sur la géologie du Gard, consulter les 22 cartes au 1/50000 du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) qui couvrent la totalité du département.
La Mycologie dans le département du Gard
Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)
Société Mycologique d’Alès