XI) La pédologie La pédologie est une des deux branches principales de la science des sols, de leur formation et de leur évolution  ; l’autre est l’édaphologie ou agrologie (définition Wikipédia). Ph. Duchaufour (Abrégé de pédologie  : 4) indique que la pédologie comporte deux divisions fondamentales, la première se rapportant à l’aspect statique de la science des sols (étude des constituants et des propriétés du sol), la seconde à son aspect dynamique (pédogenèse et formation des profils). Les champignons terricoles sont très directement liés aux propriétés physiques et chimiques du sol ainsi qu’à la nature de ses constituants tant minéraux qu’organiques. Ainsi, ces champignons ne vont vivre que sur des sols où ils vont trouver tout ce dont ils ont besoin, c'est-à-dire une certaine quantité de divers minéraux d’une certaine granulométrie, une certaine quantité de matières organiques (humus), un certain pH (dû à la présence de certains minéraux libérant des ions acides  -H +  et Al 3+ -   ou basiques -CA 2+ , Mg 2+ , K + , Na + -) ainsi que des conditions climatiques (Températures, pluviométrie) qui leur conviennent. Sur la ‘’Carte pédologique de la France à l’échelle du millionième’’, on voit dans le Gard des Associations de Sols, c'est-à-dire des groupements définis d’après les différentes unités pédologiques. J’ai relevé 14 zones d’associations de sols sur les 46 qui sont signalées en France (Dupuis, 1967  : 55). Ces zones sont orientées dans le sens nord est – sud ouest et suivent donc l’orientation générale du sud est du Massif central. On voit, étagés du nord au sud : 1. sur la limite Gard-Lozère, une ‘’association de sols ocres podzoliques et sols bruns acides’’ (20)  ; 2. incluses dans cette zone, il y a des ‘’associations de rankers’’ (13) sur les hautes terres, à l’ouest de Génolhac, et dans le massif de l’Aigoual à l’ouest de Saint André de Valborgne et du Vigan ; 3. une grande bande de terrains traverse ensuite presque totalement le département. Elle est constituée par une ‘’association de sols bruns acides et lithosols dominants’’ (35) et est installée sur ce que l’on appelle plus communément ‘’les Cévennes cristallines et cristallophylliennes’’ ; 4. vers le sud ouest, le prolongement de la zone précédente, est occupé par une ‘’association des sols bruns lessivés, rendzines rouges et lithosols’’ (33) installée sur les Causses (Causses de Blandas et de Campestre au sud du Vigan et Causse Bégon et Causse Noir au sud de Meyrueis ; 5. au nord d’Alès, dans la région de Saint-Ambroix, on trouve une ‘’association des rendzines rouges’’ (10)  ; 6. dans les secteurs de la Grand Combe et de Bessèges, il y a une ‘’association des sols bruns eutrophes’’ (7). On trouve ensuite, sur ce que l’on appelle communément ‘’la Garrigue’’, comprises entre deux lignes toujours orientées nord est – sud ouest, passant l’une par Alès et l’autre par Nîmes, des associations de sols différentes qui s’entremêlent  : 7. entre le nord d’Alès et Saint-Ambroix, il y a une ‘’association des rendzines typiques et lithosols’’ (41), association que l’on retrouve à l’ouest de Sommières et de Saint Mamert, dans la région de Quissac ainsi qu’au nord de Saint Martin de Londres  ; 8. au nord ouest et sud ouest d’Alès, en allant vers Saint Hippolyte du Fort, on trouve une ‘’association des sols bruns calcaires et rendzines rouges’’ (26)  ; 9. dans la vallée des Gardons, depuis Alès et Anduze jusqu’à Saint-Chaptes, à l’ouest de Vauvert sur le bassin du Vidourle, s’étale une ‘’association des sols d’alluvions fluviatiles’’ (15) que l’on retrouve aussi dans la vallée de la Cèze et sur les bords du Rhône. Au sud de Nîmes, on trouve une bande de sols de cette association qui occupe la plaine du Vistre et présente un caractère hydromorphe alors que plus au sud, dans un triangle de terrain occupant la région appelée ‘’Petite Camargue’’, cette association présente un caractère salin  ; 10. entre Anduze et Barjac, d’Alès à Uzès et le nord ouest de Nîmes, entre Uzès, Remoulins, Aramon, les Angles et en remontant par Roquemaure jusqu’à Tresques, on trouve une ‘’association des rendzines typiques’’ (9), ainsi que dans les secteurs de Lédignan, de Sommières et au sud de Saint Hyppolite du Fort ; 11. au sud de la rivière Ardèche jusqu’au nord d’Uzès ainsi qu’au nord-ouest de Nîmes jusqu’à une ligne Saint Mamert-Uzès, une ‘’association des rendzines rouges, sols rouges méditerranéens et lithosols’’ (42) occupe ces deux parties qui terminent le domaine de ‘’la Garrigue’’. Nous trouvons ensuite les Costières de Nîmes qui possèdent deux types d’associations des sols  : 12. la première et la plus importantes est une ‘’association des sols rouges méditerranéens’’ (12), 13. la seconde une ‘’association des sols bruns méditerranéens’’ (11). Pour terminer, il faut noter la présence  : 14. d’une ‘’association des sols de dunes’’ (17) qui occupe les 20 km de bord de mer sauf dans les endroits bétonnés du Grau du Roi et de Port Camargue. Les plus importantes Associations de Sols du département du Gard sont les ‘’association des rendzines typiques’’ (9), les ‘’association de sols bruns acides et lithosols dominants’’ (35) et les ‘’association des rendzines rouges, sols rouges méditerranéens et lithosols’’ (42). Carte pédologique de la France à l’échelle du millionième  (Carte partielle) (Cliquer sur l’image pour l’agrandir) Toujours en rapport avec la pédologie, des divisions plus fines existent. Il s’agit des Unités Taxonomique du Sol (UTS). Dans le «  Référentiel pédologique de la France – Pédopaysages du Gard  » (Barthès & al., 1999), les auteurs citent 224 UTS pour le Gard avec pour chacune la description du ou des sols qui la composent et sa localisation sur une carte Il n’est bien sûr pas question de les citer toutes ici mais en voici 4 exemples dans 4 zones différentes  : - Dans la Plaine littorale  : UTS 106 = Sol développé sur les matériaux fluviatiles calcaires des plaines alluviales des Gardons. Basse plaine pouvant être submersible par forte crue. - Dans la Garrigue  : UTS 403 = Sol développé sur calcaire dur formant la garigue à chênes verts et buis. Versants à pentes faible à moyenne. - Dans les Cévennes  : UTS 607 = Sols développé sur schistes et micaschistes. Pente moyenne. Châtaigneraie. Cévennes. - En montagne  : UTS 716 = Sol formé sur les schistes situés sur pentes moyennes, sous landes à genêts. Altitude 1000-1200 m. Cévennes. De plus, au dessous de chaque description de sol, est notée la description de l’UTS, sa situation et ses caractéristiques majeures.
La Mycologie dans le département du Gard
Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)
Société Mycologique d’Alès