XII) Les unités “Sol-Paysages” Selon la nature du sol, la situation géographique, les conditions climatiques, l’altitude, etc., se sont constituées des unités «  sols- paysages  » dans lesquelles certains champignons trouvent des conditions favorables à leur développement, en ces lieux là plutôt qu’ailleurs. Dans leur ouvrage ‘'Pédopaysages du Gard’’ les auteurs divisent le département du Gard en 7 unités «  Sols – Paysages  » (Barthès & al., 1999  : 6 et 7), sous-divisées ensuite en 104 Unités Pédo-Paysagères (UPP). Les auteurs citent  : 1) Les ‘’Plaines alluviales récentes’’ (Rhône  ; Fleuves côtiers et affluents  ; Petites rivières locales - Définition  : Barthès & al., 1999  : 9) sont constituées de 13 UPP. Ces plaines ont une superficie de 70656 hectares et occupent un peu plus de 12 % de la surface du département. 2) Les ‘’Plaines littorales’’ (situées à proximité de la côte méditerranéenne - Définition  : Barthès & al., 1999  : 25), largement associées aux zones de la Petite Camargue, sont constituées de 7 UPP. Ces plaines occupent une superficie de 22314 hectares soit 3,8 % de la surface du département. 3) Les ‘’Terrasses d’alluvions anciennes - Glacis plio-quaternaires’’ (Définition  : Barthès & al., 1999  : 35) sont constituées de 10 UPP. Cet ensemble occupe une superficie de 89880 hectares soit un peu plus de 15 % de la surface du département. Il se situe principalement dans les Costières, au sud-est de Nîmes et quelque peu dans l’Uzégeois et le Bagnolais. 4) Les ‘’Plateaux et Collines tabulaires’’ (d’altitude inférieure à 700-900 m et versants associés - Définition  : Barthès & al., 1999  : 49) sont constitués de 5 UPP. Cet ensemble occupe une superficie de plus de 121263 hectares soit 20,7 % de la surface du département. Ces plateaux, collines et versants sont localisés dans la région de Sommières, dans l’est montpelliérain, dans les garrigues au nord de Nîmes, dans le bagnolais et sur le plateau de Lussan-Saint Victor. 5) Les ‘’Collines, Versants et Bassins’’ (jusqu’à la limite supérieure du châtaignier = 800 à 900 m - Définition  : Barthès & al., 1999  : 57) sont constitués de 30 UPP. Cet ensemble occupe une superficie de plus de 174131 hectares soit près de 30 % de la surface du département. Ces collines, versants et plateaux sont situés sur une grande variété de formations comme les roches du socle  : granite, gneiss et schistes cévenols jusqu’aux formations calcaires et/ ou molassiques. Elles se rencontrent dans tout le département mais se localisent préférentiellement dans le Sillon d’Alès, les bassins de Saint Chaptes et de Saint Mamert, dans les bordures cévenoles. 6) Les ‘’Serres et Collines de type cévenol’’ (de 200 à 900 m jusqu’à la limite supérieure du châtaignier - Définition  : Barthès & al., 1999  : 93) sont constitués de 10 UPP. Ces serres et collines occupent une superficie de 50548 hectares soit 8,6 % de la surface du département. Ces ensembles collinaires se développent sur des types de roches du socle primaire et sont associés à des formations schisteuses et gneissiques. Ils correspondent au massif du Liron, aux versants schisteux cévenols ainsi qu’aux basses Cévennes vivaraises. 7) Les ‘’Moyennes Montagnes et Plateaux d’altitude’’, (altitude comprise entre 900 et 1565 m - Définition  : Barthès & al., 1999  : 105) sont constitués de 30 UPP. Ces formations occupent une superficie de 47654 hectares soit environ 8,1 % de la surface du département. Ces montagnes et plateaux sont situés sur une grande diversité de roches  : sur calcaire jurassique, sur calcaire et dolomies liasiques mais aussi sur des massifs cristallins et cristallophylliens. Ils se localisent dans le massif de l’Aigoual, en limite des départements de Lozère et d’Ardèche et ils sont une partie du Causse noir et du Causse du Larzac. 8) Le reste de la surface du département, environ 1,7 % est occupé par les villes et les étangs. Dans l’ouvrage de Barthès & al., entre les pages 6 et 7, figure une carte du Gard où l’on voit le découpage des 7 unités «  Sols – Paysages  » en 1098 zones et donc, à cause du nombre et de la finesse de ce découpage, il n’est pas possible de la reproduire ici.
La Mycologie dans le département du Gard
Mycales - Société Mycologique d’Alès (Gard)
Société Mycologique d’Alès